Le rapport annuel de la Banque de France : des retours sur la conjoncture française mais pas seulement !

    Actualités juridiques Agents assurance Courtier d'assurance Formation pour devenir courtier IOBSP

    Le rapport annuel de la Banque de France : des retours sur la conjoncture française mais pas seulement !

    15/06/2023 jeremy lachiver 1263 Aucun commentaire

    Dans un contexte économique impacté par la guerre en Ukraine et une crise de l’énergie et la hausse généralisée des prix, la Banque de France a synthétisé son action sur l’année 2022 par un rapport et des chiffres à l’appui de ses actions. Regardons de plus près son rôle et ce qui a été accompli pendant l’année passée. Lien vers le rapport annuel : https://publications.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/rabdf_2022_web1.pdf

    Quelle est l’action de la Banque de France ?

    La Banque de France est un organisme indépendant de l’Etat français et agit dans le cadre de plusieurs missions. Elle fait partie de l’Eurosystème qui regroupe la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales, ce système une autorité de contrôle des banques européennes. La Banque de France est en France régit par le Code monétaire et financier mais est également assujettie à la réglementation européenne.

    Les missions de la Banque de France compte tenu de sa désignation sont :

    -D’être le gardien de la monnaie : elle est le premier imprimeur de billets en euros et dispose de deux centres industriels en Auvergne, sa papeterie de Vic-le-Comte et son imprimerie de Chamalières.

    Elle assure également l’actualisation de la réglementation et la surveillance de la qualité de la monnaie fiduciaire et procède au retrait des coupures en mauvais état, destruction des faux billets,…

    La Banque de France a une double responsabilité de protection de l’épargne des français en ce qu’elle assure l’application de la réglementation relative aux risques et la sécurité des dépôts des épargnants. Elle assure aussi le contrôle avec l’ACPR des organismes locaux du secteur financier (777 établissements bancaires, 827 entreprises d’assurance et mutuelles) :

    • Elle a une mission d’action directe envers les particuliers :

    Elle s’occupe de la gestion des dossiers de surendettement des particuliers et se charge de désigner les établissements bancaires dans le cadre de la garantie du droit à l’ouverture d’un compte en banque.

    • Envers les entreprises :

    Elle assure la cotation des entreprises, la médiation du crédit et l’accompagnement des TPE et réalise des enquêtes sur la conjoncture financière et budgétaire

    Quel Bilan ressort de l’activité de la Banque de France pour l’année 2022 ? 

    Le rapport met en avant des taux d’inflation sans précédent avec un taux général de 8,4% en moyenne en Europe (inflation générale). La croissance du P.I.B français pour 2022 a été de 2,6% ce qui est un bon résultat malgré le fait que « l’activité a ralenti au dernier trimestre avec une croissance de 0,1% »‘. La politique de la Banque de France affiche désormais comme nouvel objectif un retour à une inflation maitrisée aux alentours des 2%.

    A la lecture du rapport, le niveau d’activité pré-Covid serait ressuscité en 2024 « Une fois passé le pic des tensions sur les prix des matières premières et sur l’approvisionnement en énergie, la phase de reprise démarrerait en 2024, où la croissance annuelle du PIB serait de 1,2%. »

    Pour l’année 2022, la banque de France, dans le cadre de sa mission de « Stabilité Financière », a réalisé 206 examen de contrôle des banques et assurances. Avec l’ACPR, elle s’est investie à ce que le respect des dispositions visant la sécurité des infrastructures numériques soit garanties en France (voir les exigences imposées par le règlement européen sur la résilience opérationnelle numérique (Digital Operational Resilience Act, DORA). Le rapport met également en avant le fait que le fort endettement du à l’absorption de la crise Covid n’a pas eu d’effet sur le « taux de défaillance » resté faible des entreprises.

    Depuis le 8 janvier 2022, la Banque de France a modifié son échelle de cotation afin d’offrir une évaluation plus précise de la santé financière des entreprises cotées. La Banque de France a poursuivi ses travaux pour mieux intégrer l’exposition des entreprises aux risques climatiques dans l’évaluation de leur performance et prévoir une mise en application pour les grandes entreprises de la directive Corporate Sustainability Reporting (CSRD) effective d’ici à 2024 (début d’année).

    La Banque de France a engagé en 2022 l’élaboration d’un « espace personnel dirigeant » qui sera disponible courant 2023. Il permettra d’accéder en un point unique à un ensemble de services s’adressant spécifiquement aux dirigeants d’entreprise, elle a également simplifiée son accès aux interlocuteurs par un numéro d’informations généralisé (3414 prix d’un appel local)

    Que prévoit la politique de l’organisme pour l’année 2024 ?

    La Banque de France souhaite à la fois accompagner et moderniser son action par l’homogénéisation des services numériques et par le développement interne de son organisme afin d’intégrer plus encore les problématiques de responsabilité sociale et environnementale.

    Ainsi, et en complément de l’activation d’une politique monétaire de lutte contre l’inflation, elle va s’atteler à optimiser l’emploi de ses ressource afin de gagner en autonomie et productivité (expérimentation réussie du télétravail, augmentation du nombre de poste par la mobilisation de ses réserves) et a fixé des objectifs de dépenses de fonctionnement d’ici à la fin du plan « Construire Ensemble 2024 ».

    Au titre de ses engagements pour l’environnement, plusieurs objectifs sont fixés :

    objectif environnementaux banque de france

    on peut lire au sein du rapport que des mesures d’initiatives peuvent être présentées par tout collaborateur afin de contribuer à la politique écologique du groupement. Ainsi, deux idées ont été retenus et sont en cours d’étude :

    la première vise la mise en place d’un système d’identification et de calcul de l’empreinte carbone individuelle des collaborateurs de la Banque de France

    La seconde vise la mise en place d’un système d’optimisation du cycle de vie des billets de banque (fabrication, vie et broyage des billets, remploie)

    Une mise à jour est en cours, cela peut entrainer des ralentissements lors de votre consultation de notre plateforme, nous vous prions de nous excuser, un retour à la normale est prévu demain.